Pas douce

Elle entre dans la chambre froide, lève le drap et passe doucement, presque tendrement, la main sur le visage glacé. Puis elle ressort et lance aux deux ados téméraires~: «~Vous voulez toujours le voir~? Il faudra le regarder gentiment parce que, maintenant, il ne peut plus se défendre.~» Cette scène fait écho à une autre, au tout début du film, où Fred (Isild Le Besco), dans sa blouse blanche, tient la main d'une malade et s'applique à respirer en même temps qu'elle, avec une immense douceur. On se dit…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Des écrans de fumée ?

Pédopsy : Nos futurs
par ,

Blog

 lire   partager

Articles récents