Le pote de Pol Pot

« L’Avocat de la terreur », de Barbet Schroeder, met au jour le parcours glauque, mais instructif, de Jacques Vergès au long d’un demi-siècle de luttes armées.

L'affiche de l'Avocat de la terreur dit tout : Jacques Vergès, l'air frondeur, présente ses poignets à l'objectif comme si le spectateur allait lui mettre les menottes. Dans le rôle de l'accusé, ou de la victime, Jacques Vergès croit exceller. N'a-t-il pas écrit un livre à sa gloire intitulé le Salaud lumineux ? Mais voilà : l'affiche montre aussi à quel point il aime à s'exhiber, et combien l'image qu'il s'est fabriquée de lui-même passe avant toute chose. Jacques Vergès, ou l'avocat de cinéma, épanoui…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents