Mobilisation pour Romain

Romain, mais aussi Dimitri, Nicolas, Martial… Tous ont été arrêtés lors des manifestations qui ont suivi l’élection de Nicolas Sarkozy, pour des « histoires de pavés ». Vendredi 22 juin, un concert de soutien à Romain, condamné à quatre mois de prison ferme (voir [ici), était organisé au Point Ephémère à Paris.

Pauline Graulle  et  Politis.fr  • 25 juin 2007
Partager :

L’ambiance est bon enfant sous le petit chapiteau qui protège de la pluie la cinquantaine de personnes entassées devant le Point Ephémère. Les musiciens David Carroll et Gaspard Royant, guitare sèche et folk-rock dans la voix, font patienter la foule, tandis que James, jeune magicien talentueux, rivalise de tours de cartes. Il y a là des amis de Romain, de Dimitri, de Martial ou de Nicolas. Certains d’entre eux sont passés en comparution immédiate, d’autres attendent toujours leur procès. « Moi, je suis venu pour mon pote Martial… Mais je ne vois aucun de ses amis » , soupire J.-S., un acrobate proche du jongleur qui a lancé un pavé de trop le 6 mai dernier. Il y a aussi de jeunes parisiens branchés, alléchés par la programmation musicale exceptionnelle de ce soir. Finalement, peu importent leurs intentions, l’essentiel, c’est que le message passe. Postée à l’entrée de la salle, l’association Défense mouvements collectifs, créée à la suite des interpellations collectives qui ont eu lieu pendant le mouvement CPE, veille à rappeler les raisons de la mobilisation.

Illustration - Mobilisation pour Romain


Nicolas Portnoï / Avant le concert

A l’intérieur du Point Ephémère, on écoute attentivement les textes à l’humour grinçant de Didier Super et sa guitare. Parmi le public assis en tailleur, des rires fusent quand le chanteur entonne « J’en ai rien à foutre… du nouveau président » .

Illustration - Mobilisation pour Romain


Nicolas Portnoï / Didier Super

Pourtant, on ne saurait déceler quelque pointe d’anti-Sarkozysme dans cette mobilisation. « L’idée d’organiser ce concert nous est venue très rapidement après l’incarcération de Romain. C’était une envie spontanée pour lui montrer qu’il n’est pas seul et pour alerter les médias » , assure Gonzague, ami de Romain et organisateur de la soirée. Après la prestation du groupe de punk-rock Luke, dont le chanteur rappelle qu’un chapeau passera pour aider financièrement le jeune détenu à sa sortie de prison, c’est au tour des proches de Romain de prendre la parole.

Illustration - Mobilisation pour Romain


Nicolas Portnoï / Le groupe Luke

Le micro est à ses jeunes défenseurs. Ils dénoncent « les faux témoignages de la police » et les « dix minutes de jugements » qui ont conduit à « quatre mois ferme ». Pas de colère pour autant dans la voix du père de Romain, venu expressément de Valenciennes. « La justice est absurde, mais je la respecte » , lance-t-il dans un souffle. La gorge serrée, il lit une lettre que son fils lui a fait parvenir du fond de sa cellule : « Je suis dans les yeux de mon père et je vous regarde. Mon sommeil est bercé par vos chants, vos guitares… » Tonnerre d’applaudissements.

Puis s’enchaînent le hip hop trash de Captain Brackmard, le rock «indé» des Stuck in the Sound… Jamel Debbouze arrive sur les coups d’une heure du matin pour clore la soirée par un discours très attendu. Le bilan de la soirée est réussi : 1 000 euros récoltés pour Romain, plus une partie du prix des 300 places vendues. « Tous les artistes qui sont intervenus sont bénévoles, et ils se sont tous engagés à fond » , explique Gonzague. Il faut dire que Romain, qui évoluait dans le journalisme musical avant d’être écroué, a, contrairement peut-être aux autres prévenus, la chance d’être entouré d’amis qui ont « tous un pied dans les médias, et pas mal de réseau. Les artistes invités sont pour beaucoup des amis d’amis… Ça aide pour marquer le coup » , sourit Gonzague. « Maintenant, on attend la réponse du juge d’application des peines pour savoir si Romain pourra sortir plus tôt que prévu. On espère que le concert jouera en sa faveur auprès du juge, mais on ne peut jurer de rien. »

Temps de lecture : 4 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don