Un œil sur tout

L’époque se veut au fichage systématique
des individus. Soirée thématique inquiétante.

Au commencement était le verbe. Un témoignage oral, subjectif, forcément arbitraire. Après le verbe, vint la photographie. Niepce a fait sa révélation. La photographie devient agent de recherche, diffuseur d'informations. Au cours des années 1850, le procédé se développe, au fil des progrès, des tirages, à l'usage du collodion, le format se standardise. L'enregistrement est mécanique. Les criminels n'ont qu'à bien se tenir devant l'objectif. Pour l'individu, c'est une double arrestation. Celle de la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents