Vers un bipartisme accentué

L’UMP accentue sa domination à l’issue du premier tour, marqué par une abstention record. L’Assemblée nationale risque de ne plus compter que deux groupes parlementaires à la représentativité contestable.

Nicolas Sarkozy avait demandé aux électeurs de lui donner une majorité qui lui permette de gouverner. Ils lui ont obéi le doigt sur la couture du pantalon. Enfin presque... Car si l'UMP et ses alliés, dont le bien mal nommé « Nouveau Centre », sont les incontestables vainqueurs du scrutin du premier tour, le premier parti de France reste celui des abstentionnistes. Plus de 17,3 millions d'électeurs, 39,56 % des inscrits ! Un record pour ce type de scrutin. En 2002, le taux d'abstention avait atteint au…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Éloge de l’intersectionnalité

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Appel pour les marches des libertés samedi 28 novembre partout en France

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.