La vie en rose

Un tableau de province, comique, mélancolique, inquiétant…

La littérature est une affaire sérieuse qu’on doit pouvoir aborder à la légère. Frédéric Léal, en quelques livres détonants, est passé maître en la matière. Avec une façon bien à lui d’écrire. On objectera que c’est là la moindre des choses. Mais il faut entendre « façon d’écrire » d’abord en son sens premier : comment se disposent les mots. Les pages de Frédéric Léal ne ressemblent à aucune autre. Chacune est une création typographique, mêlant différents corps et polices de caractères, italique, gras,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents