« Mais » 68… L’héritage ambigu

Ses parents avaient 17 ans en 1968. Pauline, 26 ans, jeune journaliste, appartient à la « génération molle ». Elle se dit irritée par cette référence encombrante.

Pauline Graulle  • 26 juillet 2007 abonné·es

Il paraît que je fais partie de la « génération bof ». Celle des « désillusionnés », mais aussi des « sacrifiés » qui ont vu le jour dans les années 1980. Douze ans plus tôt, mes parents avaient 17 ans. Ils étaient alors lycéens, encore peu politisés, en banlieue parisienne. De Mai68,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…