« Mais » 68… L’héritage ambigu

Ses parents avaient 17 ans en 1968. Pauline, 26 ans, jeune journaliste, appartient à la « génération molle ». Elle se dit irritée par cette référence encombrante.

Il paraît que je fais partie de la « génération bof ». Celle des « désillusionnés », mais aussi des « sacrifiés » qui ont vu le jour dans les années 1980. Douze ans plus tôt, mes parents avaient 17 ans. Ils étaient alors lycéens, encore peu politisés, en banlieue parisienne. De Mai68, ils ont été davantage des spectateurs ravis que des acteurs enragés. Mais qu'importe. Pas besoin d'avoir des parents « purs soixante-huitards » pour humer l'inextinguible parfum d'idéal de leur « révolution »~: ses mythes de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Macron, l’Europe et Poutine

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.