Quand le Congo croise la Durance

La création dansée de Faustin Linyekula sur l’histoire et l’actualité
de l’ex-Zaïre change heureusement des provocations fatiguées
d’un Romeo Castellucci ou d’un Rodrigo Garcia.

Nos avant-gardes, nos provocations, notre iconoclastie vieillissent. Le festival d'Avignon en fait, sans le vouloir, la preuve éclatante. Nos « révolutionnaires », à travers l'Europe, tournent en rond, bien qu'ils soient fêtés, encensés et subventionnés. Se considérant comme le fils spirituel d'Antonin Artaud, l'Italien Romeo Castellucci est venu présenter dans une église proche du palais des Papes une méditation sur l'image de la femme, Hey Girl ! , dont il ne donne pas la clé. Il pense, en effet, que…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Des écrans de fumée ?

Pédopsy : Nos futurs
par ,

Blog

 lire   partager

Articles récents