Un homme à la mer

En 1963, Bryan Stanley Johnson embarque sur un chalut pour faire le point. Trois ans plus tard, paraît le roman de son voyage en mer et en lui-même. Un monologue intérieur très Nouvelle Vague, plein de souffle et d’esprit.

Pearl… Phoebe… Phyllis… Prunella… Une fille de la fac. Il ne sait plus son nom. Elle en a un. Elle en a vingt. Peu importe. Elle ne lui sert qu’à mieux se souvenir de Joan. Elle, c’est plus clair : la forme de ses seins, la manière dont elle lui faisait l’amour, la moue qu’elle a eu la dernière fois qu’ils se sont vus. Embarqué sur un chalut qui malmène furieusement son estomac, bloqué dans sa couchette, il tente de se remémorer. Avec précision. Comme s’il cherchait, en pliant sa mémoire au même ressac que…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents