Entre les lignes

François Bégaudeau entrelace le témoignage de Florence Aubenas avec des commentaires personnels.

Elle. Lui. C'est presque une conversation. Sauf qu'elle est seule à parler. Lui, il commente, dans sa tête. Elle, en italiques. Lui, en caractères romains. Elle, devant l'assistance. Lui, dans l'assistance. Elle parle d'elle. Lui aussi parle d'elle, de son discours, de sa syntaxe ­ « Bon, bref et donc sont trois starting-blocks qui pulsent son verbe » ­, de ceux qui l'écoutent, de lui quand il décroche... Et de leur rapport à l'Histoire. L'histoire de Florence Aubenas, otage en Irak, revenue d'Irak, qui…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents