Je me souviens de Sarcelles et des Solex…

De 1950 à 1970, Paul Almasy livre un tableau de la France au quotidien. Un album légendé par Bernard Chambaz rassemble certaines de ces images humanistes, sans flonflons nostalgiques.

Derrière les palissades placardées de publicités, une grue s'élève au-dessus d'une longue barre d'une dizaine d'étages. Elle rajoute une couche de béton sur la masse. Deux pages plus loin, le Cnit, bientôt palais des industries et des techniques, s'extirpe des limbes. Dentelles d'échafaudages, chapiteau de béton aux allures de temple dorique. Une silhouette se tient en haut de l'échafaudage central, isolée dans ce formidable Meccano de ferrailles. Les deux images donnent le ton de ces Vingt Glorieuses,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents