La voiture coupée en deux

Initié par des citoyens soucieux d’environnement et de développement local, le service d’auto-partage intéresse aujourd’hui des groupes comme Vinci et Avis. Enquête à quelques jours de la semaine européenne de la mobilité.

Philippe Chibani-Jacquot  • 13 septembre 2007 abonné·es

Pincemi et pincemoi ont la même voiture, mais ne roulent jamais ensemble, qui sont-ils ? Des adhérents d'une société d'auto-partage comme Auto'trement à Strasbourg ou Lilas auto-partage à Lille. Le principe est simple. La société dispose de véhicules stationnés en différents points de la ville sur des places dédiées. Via Internet ou le téléphone, l'adhérent réserve une minute ou un jour à l'avance la voiture située à proximité de chez lui. Il y accède grâce à une clé électronique, et se

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 4 minutes