« Le Grenelle de l’environnement peut aller très loin ! »

Ingénieure du génie rural, des eaux et des forêts, Nathalie Kosciusko-Morizet a une réputation d’écologiste sincère et compétente. Secrétaire d’État à l’Écologie dans un gouvernement libéral, pourra-t-elle se faire entendre ?

Vous avez la réputation de bien connaître les dossiers sur la nature et l'environnement. C'est une passion personnelle, un choix raisonné, un choix politique ? Nathalie Kosciusko-Morizet : C'est un choix que j'ai fait avant d'entrer en politique, il y a dix ans, quand j'étais encore étudiante. Il s'agit donc d'un choix personnel. Après les sciences dures, j'ai voulu m'initier à la biologie, à l'écologie, au fonctionnement des écosystèmes. Ce qui m'a permis de comprendre que l'écologie était le grand enjeu…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’État »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents