« Les pouvoirs injectent de la croyance et du rêve »

Philosophe, professeur détaché
au Muséum national d’histoire naturelle, directeur
de l’Institut Charles Darwin International, Patrick Tort* analyse
la résurgence actuelle
du religieux face à Darwin et à la science de l’évolution.

Vous participez les 19 et 20 octobre au colloque organisé par le Snes sur le thème « La théorie de l'évolution : entre remise en cause et instrumentalisation ». Comment comptez-vous introduire le débat ? Patrick Tort : D'abord, en précisant qu'une résurgence supplémentaire du créationnisme n'est pas un phénomène scientifique, et n'a donc aucun pouvoir de « remise en cause » dans l'univers de la recherche. Dans les laboratoires du monde entier, l'étude de l'évolution se développe sur des bases darwiniennes…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents