Des vies confisquées

Dans le nord de la Colombie, les populations indiennes et paysannes sont ballottées par une guerre qui dure depuis un demi-siècle. Un million de personnes ont été déplacées en un an. Les groupes paramilitaires font la loi. Reportage.

À la une du Pilon de Valledupar, une photo montre un sac plastique contenant un corps, « celui d'un guérillero mort au combat », selon une déclaration de l'armée . À la radio locale, cela fera un sujet rapide évoquant un affrontement entre l'armée et la guérilla. C'est par ce biais que les familles apprennent la mort d'un des leurs. La victime est généralement interceptée par des militaires sur le chemin de son travail. Paysan partant au champ, étudiant se rendant en cours, responsable local en route pour…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents