Ligne d’inconduite

La galerie Horizons propose les dernières sculptures d’Esteban Royo. Une œuvre d’une malice
élégante, qui oscille entre la drôlerie et la noirceur.

Jean-Claude Renard  • 22 novembre 2007 abonné·es

On est en 1957. À la fin de l'année. Miles Davis entre dans un studio, trompette à la main, pour regarder des images. Celles montées par Louis Malle pour Ascenseur pour l'échafaud . Le film sortira quelques mois plus tard. En attendant, bec en bouche,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 3 minutes