Plan américain perturbé

Avec des amis comme ça, George Bush n'a plus besoin d'ennemis. Au Pakistan, la très active diplomatie américaine avait pourtant tout organisé. L'ancien Premier ministre, Benazir Bhutto, venait de rentrer au pays. Les États-Unis avaient imaginé un attelage politique improbable avec le général-président Pervez Musharraf. Mais voilà que celui-ci brise toute cette belle mécanique en proclamant l'état d'urgence. Depuis samedi, la Constitution est suspendue, les médias sont contrôlés, les opposants embastillés,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.