« Tortionnaire de bureau »

Patrick Cabouat retrace l’itinéraire de René Bousquet de l’Occupation à la haute finance,
ainsi que les complicités politiques dont il a bénéficié.

Manteau de fourrure, veston, cravate, le cheveu gominé, la raie comme il faut. Il arbore un visage épanoui, grand sourire. René Bousquet a l'air heureux, là, face à l'objectif, entouré de dignitaires nazis. Chapitre suivant. Juin 1949. La Haute Cour est réunie au palais de justice de Paris pour l'avant-dernier procès de la collaboration. Verdict : « Pour si regrettable que soit le comportement de Bousquet comme secrétaire général à la Police, il n'apparaît pas qu'il ait sciemment accompli des actes de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents