« Orienter les recherches vers l’intérêt général »

Le système français de recherche est devenu malade des tares issues de multiples générations consanguines de chercheurs qui disposent d'un large pouvoir d'autorégulation. La contestation de certaines recherches et surtout de leurs applications (prenons l'exemple facile des plantes génétiquement modifiées [PMG]) est ainsi balayée d'un revers de main, reléguée au rang de délires obscurantistes. Mais ces mêmes chercheurs, qui refusaient en conscience toute forme de bridage de leur indépendance par peur d'un…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents