« Un commerce transparent »

Valérie Delamerie, gérante d’Azimuts, une entreprise pionnière dans la conception de vêtements équitables et bios, raconte les difficultés rencontrées au Népal.

Voilà plus de dix ans que l'entreprise de commerce équitable Azimuts conçoit des vêtements en coton bio avec des artisans du Népal. Vous revenez de ce pays toujours politiquement instable. Dans quelles conditions se pratique un tel commerce ? Valérie Delamerie : Les problèmes sont nombreux et liés à la situation politique. Depuis 2003, cinq gouvernements se sont succédé au Népal. Le pays tente de sortir du royalisme, avec un roi héréditaire qui a pouvoir sur tout, pour passer à l'embryon d'une république.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents