Jules-Édouard Moustic : Absurde et parti pris

Jean-Claude Renard  • 4 janvier 2008 abonné·es

Des trognes ordinaires, des villages suant le terroir, un président qui se travestit, une foule d’anonymes, vrais caves et trublions ratés gigotant dans la banalité du quotidien. Bienvenue dans la présipauté de Groland, dont la réalité parvient à la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Médias
Temps de lecture : 3 minutes