La peur du peuple

On imagine le dialogue, un matin blême, au café Solferino, à l'angle du boulevard Saint-Germain. Jean-Marc : « Le tout est de bien répéter le mot, avec son petit parfum ultragauche : boycott, boycott... » François : « Tu as raison, on ne fait pas plus à gauche que ce mot-là. » Jean-Marc : « C'est du Besancenot ou du Bové dans le texte, ça. » François (enjoué) : « Je m'entends déjà donner des interviews à des journalistes médusés : Oui, vous avez bien compris, le parti socialiste ne votera pas "non" : trop…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents