« Comment j’ai rencontré la question palestinienne »

Parmi les photos les plus belles et les plus symboliques sur la Palestine, celles du grand photographe japonais, Ryuichi Hirokawa*. Il présente ces jours-ci à Paris son film, « Nakba ».

Qu'est-ce qui vous a amené à vous intéresser à la question palestinienne et à travailler sur ce sujet ? Et depuis quand ? Ryuichi Hirokawa : Je suis allé en Israël en mai 1967, à la fin de mes études. Pendant que j'étais à l'université, il y avait des mouvements étudiants très actifs. J'ai réfléchi aux problèmes posés par ces mouvements, j'ai eu l'occasion de lire Chemins en utopie, de Martin Buber, philosophe juif, dans lequel le kibboutz en Israël était présenté comme une expérience du socialisme qui…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents