Pont de Gênes : le cri de colère du grand-père d'une victime

Alain Thomas, grand-père d'Axelle Place, morte lors de la catastrophe du 14 août, nous a fait parvenir le texte qu'il a lu lors de ses obsèques. Nous le rendons public.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Je ne parlerais pas de ma douleur. Elle est immense et je n'ai pas les mots pour la dire.

En revanche, je parlerais de ma colère et de ma révolte.

Axelle, Melissa, Nathan, William et toutes les victimes de Gènes ne sont pas morts par accident. Ils sont les victimes d'un assassinat. Les gouvernements italiens successifs ont limité le rôle de l'État au minimum, confiant les autoroutes à des intérêts privés dont la seule religion est le profit. Pourquoi dès lors, investiraient-ils dans le contrôle et la sécurité d'infrastructures que n'utilisent jamais ni les belles personnes qui gouvernent ni les financiers qui les emploient. J'accuse l'État italien et la société d'autoroute d'être coupables de ces morts qui nous réunissent aujourd'hui. J'accuse le gouvernement français, caricature de ce système mortifère, de privatiser à marche forcée et ainsi de se rendre coupable des catastrophes à venir : ferroviaires, routières, sanitaires, nucléaires, environnementales. J'accuse M. Juncker, grand gourou du paradis fiscal luxembourgeois et patron de l'Union européenne de contraindre à cette dérive du profit généralisé au mépris de la personne humaine.

Le pont effondré est le symbole de ce qui est déjà là et de ce qui nous attend.

Indignons-nous comme disait Stéphane Hessel, votons, battons-nous pour refuser qu'on nous parle de fatalité quand il s'agit de la conséquence de la loi du marché qui vise à satisfaire la voracité d'individus dont on peine à les imaginer dotés d'un reste d'humanité.

Je cite Brecht : « Celui qui lutte peut perdre, celui qui ne lutte pas a déjà perdu. »

J'aimerais croire qu'Axelle, Melissa, Nathan, William et les autres victimes nous serviront de guides pour lutter avec toute notre énergie, et dans la durée et même, et surtout, dans les petites choses du quotidien, pour un monde redevenu humain.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.