« On valorise le privé et on disqualifie le public »

Pour le sociologue Willy Pelletier*, la généralisation des partenariats public-privé entretient
le culte de l’entreprise
et l’idée que
la modernité suppose un État modeste dans une économie toujours plus flexible.

En France, le gouvernement a présenté un projet de loi généralisant les partenariats public-privé(PPP), qui n'a suscité que peu de réactions à gauche. Il s'agit pourtant d'une vaste réforme qui concerne les collectivités et l'action publique. Comment analysez-vous cette tendance de fond en faveur des PPP ? Willy Pelletier : Si, à ce projet de loi, ne répond qu'un silence assourdissant qui vaut presque consensus, c'est, effectivement, pour des raisons structurelles. Les principaux candidats à la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents