Politis

Abonnez-vous à Politis

Tout Politis +

11 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

  • Lecture de l'hebdo/hors-série sur liseuse

Choisir cette offre
Pour toutes informations, contactez notre service Abonnement au 03 80 48 95 36 ou par e-mail à : abonnement@politis.fr

Offre découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS

49
Offre découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS
  • 23 numéros + 1 hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

Je m'abonne

Web illimité

8 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

Choisir cette offre

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, réabonnement…
Choisissez une offre

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Spéculation et crises: ça suffit!

Voici le texte de la pétition européenne contre les effets désastreux de la finance déréglementée et pour l’abrogation de l’article 56
du Traité de Lisbonne. Une pétition à signer en ligne sur www.stop-finance.org

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La finance déréglementée détruit les sociétés. Silencieusement, au quotidien, quand les actionnaires pressurent les entreprises, c'est-à-dire les salariés, pour en extraire davantage de rentabilité, au Nord comme au Sud. À grand spectacle et avec fracas dans les crises aiguës où se révèlent brutalement les invraisemblables excès de la cupidité spéculative et leur contrecoup sur l'activité et l'emploi. Chômage, précarisation, accroissement des inégalités : les salariés et les plus pauvres sont voués à faire les frais soit de la spéculation, soit des nuisances du krach qui s'ensuit.

Depuis deux décennies, le cours de la finance mondiale n'est qu'une longue suite de crises : 1987, krach boursier ; 1990, crise immobilière aux États-Unis, en Europe et au Japon ; 1994, krach obligataire américain ; 1997 et 1998, crise financière internationale ; 2000-2002, krach Internet ; 2007-2008 enfin, crise immobilière et peut-être crise financière globale.

Pourquoi une telle répétition? Parce que toutes les entraves à la circulation des capitaux et à l'« innovation » financière ont été abolies. Quant aux banques centrales, qui ont laissé enfler la bulle, elles n'ont plus d'autre choix que de se précipiter au secours des banques et des fonds spéculatifs en mal de liquidités.

Nous n'attendrons pas la prochaine crise sans rien faire et ne supporterons pas plus longtemps les extravagantes inégalités que la finance de marché fait prospérer, ni les dangers qu'elle fait courir à tous. Parce que l'instabilité est intrinsèque à la déréglementation financière, comment les dérisoires appels à la « transparence » et à la « moralisation » pourraient-ils y changer quoi que ce soit ­ et empêcher que les mêmes causes, de nouveau, produisent les mêmes effets ? Y mettre un terme suppose d'intervenir au coeur du « jeu », c'est-à-dire d'en transformer radicalement les structures. Or, au sein de l'Union européenne, toute transformation se heurte à l'invraisemblable protection que les traités ont cru bon d'accorder au capital financier.

C'est pourquoi nous, citoyens européens, demandons l'abrogation de l'article 56 du traité de Lisbonne, qui, interdisant toute restriction à ses mouvements, offre au capital financier les conditions de son emprise écrasante sur la société. Et nous demandons également que soit restreinte la « liberté d'établissement » (art. 48), qui laisse opportunément au capital la possibilité de se rendre là où les conditions lui sont le plus favorables, et permettrait ici aux institutions financières de trouver asile à la City de Londres ou ailleurs.

Si par « liberté » il faut entendre celle des puissances dominantes, aujourd'hui incarnées dans la finance, d'asservir le reste de la société, disons immédiatement que nous n'en voulons pas. Nous préférons celle des peuples à vivre hors de la servitude de la rentabilité financière.


Elmar ALTVATER (Allemagne), Philippe ARESTIS (Royaume-Uni), Geneviève AZAM (France), Robin BLACKBURN(Royaume-Uni), Jérôme BOURDIEU (France), Mireille BRUYÈRE (France), Alain CAILLÉ (France), Claude CALAME (Suisse), François CHESNAIS (France), Christian COMELIAU (France), Laurent CORDONNIER (France), Jacques COSSART (France), Thomas COUTROT (France), Renato DI RUZZA (France), Gérard DUMÉNIL (France), Miren ETXEZARRETA?(Espagne), Marica FRANGAKIS (Grèce), Jean GADREY (France), Susan GEORGE (France), Bernard GUIBERT (France), John GRAHL (Royaume-Uni), Jean-Marie HARRIBEY (France), Michel HUSSON (France), Pauline HYME (France), Esther JEFFERS (France), Isaac JOSHUA (France), Matthieu LEIMGRUBER (Suisse), Frédéric LORDON (France), Birgit MAHNKOPF (Allemagne), Jacques MAZIER (France), Sabine MONTAGNE (France), François MORIN (France), Ramine MOTAMED-NEJAD (France), André ORLEAN (France), René PASSET (France), Dominique PLIHON (France), Christophe RAMAUX (France), Gilles RAVEAUD (France), Catherine SAMARY (France), Jacques SAPIR (France), Claude SERFATI (France), Henri STERDYNIAK (France), Daniel TANURO (Belgique), Hélène TORDJMAN (France), Éric TOUSSAINT (Belgique), Stéphanie TREILLET (France), Peter WAHL (Allemagne), Frieder Otto WOLF (Allemagne)

Ci-dessous, la liste des médias européens qui, avec Politis , ont décidé de publier la pétition :

En France: l'Humanité , le Monde diplomatique , « Là-bas si j'y suis ».

Pour les titres européens: Flamman (Suède), Trybuna Robotnicza (Pologne), Publico (Espagne), Il Manifesto (Italie).

*~Le site Internet de la pétition (multilingue):

Haut de page

Voir aussi

Articles récents