Compromis de façade

Les partenaires sociaux proposent de modifier le paysage syndical français. Mais leur accord révèle surtout des conflits d’intérêt entre les confédérations et au sein du camp patronal.

Ce devait être un accord national interprofessionnel « sur la représentativité, le développement du dialogue social et le financement du syndicalisme » . Mais les partenaires sociaux en ont décidé autrement : une « position commune » a été adoptée le jeudi 10 avril, pour « éviter un clash » , notamment de la CGT. C'est « une position qui n'engage juridiquement en rien le gouvernement et le législateur » , remarque l'Unsa. Et qui ne sera pas signée par FO et l'Union professionnelle artisanale (UPA),…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.