L’anti-de Gaulle

Au moment où l'on célèbre Mai 68, il ne serait pas raisonnable ­ surtout dans ce journal ­ de louer exagérément de Gaulle et le gaullisme. Nous n'avons rien oublié de sa part d'ombre. Mais une partie de son héritage au moins mérite nos égards. Grâce à lui, nous nous sommes tenus pendant une bonne quarantaine d'années hors de la sphère d'influence américaine. Nous en étions sortis, non d'ailleurs sans brutalité, un certain 7 mars 1966. C'est par voie d'ambassade, et sans ménagement, que le général a fait…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents