« Des crimes contre l’humanité »

Des experts de l’ONU dressent un bilan peu reluisant des droits de l’homme en Algérie et remettent en cause la version officielle de la « sale guerre ». L’analyse de Salima Mellah*.

À Genève, le Comité des droits de l’homme et le Comité contre la torture de l’ONU ont examiné, en octobre~2007 et avril~2008, la situation des droits de l’homme en Algérie. Et le bilan est peu reluisant pour un régime qui passe pour un maître de la diplomatie onusienne. Revers d’autant plus remarqué que, depuis l’arrivée à la présidence d’Abdelaziz Bouteflika en 1999, officiels et médias s’entendent pour constater que l’époque de violence est, malgré quelques attentats spectaculaires, révolue. Pourtant, la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Corps volants et coudes serrés

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents