L’an I de la Sarkonomics

En 1970, Richard Nixon déclarait : « Nous sommes tous keynésiens. » À peine dix ans plus tard, la « Reaganomics » incarnait la rupture de l’Amérique néoconservatrice avec trente ans de keynésianisme. Au cours des Trente Glorieuses, le keynésianisme à la française était incarné, entre autres, par la figure du général de Gaulle. Avec la « Sarkonomics », succédané hexagonal de la Reaganomics, la rupture avec le gaullisme économique sera l’œuvre des gaullistes eux-mêmes, non sans quelques complicités dans…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents