Le côté obscur de Leclerc

Le temps de la Quinzaine du commerce équitable, l’enseigne de grande distribution a vendu de l’artisanat du Sud. Mais à des prix cassés, ce qui fausse les règles.

Pendant que Michel-Édouard Leclerc vantait sa nouvelle marque distributeur Entr’aide labellisée Max Havelaar, à l’occasion de la Quinzaine du commerce équitable les clients des magasins découvraient de drôles d’objets sur les rayonnages entre un saladier en inox et un égouttoir à vaisselle : des plats en céramique traditionnelle de Colombie, des maracas péruviennes, une tirelire en céramique du Pérou. Prix de vente de cette dernière : 14,99 euros. Soit trois fois moins cher que la même tirelire, fabriquée…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents