Sans fil… et sans filet

Le danger probable de la téléphonie mobile n’est pas pris en compte
par les institutions françaises, estiment plusieurs associations qui s’inquiètent des liens entre les instances de contrôle et les opérateurs.

Marion Dumand  • 22 mai 2008 abonné·es

La téléphonie mobile stresse les tomates. Le professeur Ledoigt, de l’université de Clermont-Ferrand, l’a démontré. Depuis, son équipe de recherche a été démantelée. Dans le cadre de réformes globales, bien entendu. À l’heure où plus de 74 % des Français possèdent un téléphone portable [^2].), nombre de scientifiques et de d’associations [^3] s’interrogent sur les conséquences des ondes électromagnétiques en termes de santé, et sur l’inertie française. Parmi eux, Étienne Cendrier, porte-parole de Robin des toits. Attaqué en justice par trois opérateurs, il continue son travail de Cassandre dans Et si la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 6 minutes