Toute voix dehors

Dans un groupe presque exclusivement féminin, Déborah Tanguy représente une sensibilité nouvelle sur la scène du jazz vocal. Elle possède notamment un art exceptionnel de l’improvisation. Rencontre.

Ce qui frappe d’abord, et fort, lorsque l’on entend pour la première fois Déborah Tanguy, c’est son art de l’improvisation. Non qu’elle néglige les paroles, au contraire : sa diction est d’une grande clarté ; sa sensibilité lui permet d’exprimer toute l’émotion que recèlent des textes qu’elle sélectionne avec un très grand soin. Mais lorsqu’elle abandonne le thème pour inventer en onomatopées scat de nouvelles mélodies, elle se comporte en instrumentiste, en jouant de la voix comme elle pourrait souffler…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents