Art popu et pieds de nez

Peintre, dessinateur de presse et illustrateur, Mathieu Colloghan brosse l'imaginaire de la gauche avec humour et tendresse,
cultivant notamment l’idée d’« art modeste ».

Le corps puissant se recroqueville. La chemise rose encadre un visage plissé. La clope est au bec car les deux mains sont trop occupées. La première soutient le poids de l’homme, la seconde caresse son crâne au bord de l’explosion. Lecture d’un article du Monde sur la recomposition de la gauche, s’intitule cette toile de Mathieu Colloghan 1. Celle-ci et une quarantaine d’autres, exposées à Paris du 18 juin au 20 juillet, illustrent la recherche de ce peintre-dessinateur de presse-illustrateur : fusionner…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents