Homme de main

La Fondation Cartier-Bresson propose une rétrospective Saul Steinberg. Des collages et des dessins à la fois satiriques et ludiques.

Première confrontation artistique : l’atelier de son père, relieur et fabricant de boîtes de chocolat, de rouges à lèvres, souvent décorées de reproductions de peintures ou d’imageries kitsch. Un véritable «collège des collages». Pas loin, un oncle horloger, deux autres peintres. C’est bien assez pour créer des vocations. Né en dans un petit village de la campagne roumaine, Saul Steinberg (1914-1999) choisit d’abord l’architecture. L’antisémitisme gagne la Roumanie, il file pour Milan, bastion du design…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents