Pas de panique… pour l’instant

Alors que le prix du baril de pétrole ne cesse de grimper et que l’inquiétude se propage, l’Union européenne n’a toujours pas adopté de plan de réduction de sa consommation d’énergie.

Le dossier « énergie climat » est en tête des priorités de la présidence française à l’Union européenne. Difficile de faire moins : alors que l’explosion du cours du pétrole menace des pans entiers de l’économie et des dizaines de milliers d’emplois – pêcheurs, routiers, taxis, infirmiers, agriculteurs, etc. –, la situation reste bloquée. La conférence de Djeddah entre pays producteurs et pays consommateurs de pétrole s’est résumée la semaine dernière à un dialogue de sourds. La question dominera l’ordre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.