Dopée aux phrases creuses

La ministre de la Culture multiplie les déclarations détachées de la réalité.

La ministre de la Culture, Christine Albanel, est impayable. Il fallait l’entendre parler du Tour de France, le 18 juillet sur France Inter, pour saisir à quel point la langue de bois est encore trop molle pour elle. Le Tour de France ? « Une épreuve de plus en plus exigeante, de plus en plus éthique » , a-t-elle estimé, sans une once d’humour, le jour de la mise en examen du coureur italien Ricco, satisfaite que les chaînes de télé publiques atteignent des sommets d’audimat grâce au spectacle d’une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.