Bonnes intentions et bonnes affaires

Un an après le Grenelle de l’environnement, on relève beaucoup de pétitions de principe et quelques avancées, surtout quand celles-ci se traduisent par de gros contrats pour le BTP.

Pour la seconde fois dans l’histoire de la Ve République, une loi sur l’écologie et l’environnement a été adoptée à la quasi-unanimité : 526 voix contre 4 (dont trois Verts s’étant illustrés dans l’abstention). En 1976, la loi sur la protection de la nature avait fait mieux, en n’enregistrant qu’une abstention. Impression dominante : à droite comme à gauche, les députés sont satisfaits de s’être enfin débarrassés de ce sparadrap qui leur colle plus aux discours qu’aux actes. Comme si, un an après le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Corps volants et coudes serrés

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents