Les associations réagissent

Ingrid Merckx  • 2 octobre 2008 abonné·es

La date limite est fixée au 23 octobre. Plus que trois semaines, donc, pour répondre à l’appel d’offres du gouvernement ouvrant à « toute personne morale » la mission d’intervention dans les centres de rétention administrative (CRA). Plus que trois semaines, aussi, pour les organisations impliquées dans la défense des droits des migrants, pour modifier les termes de cet appel et du décret du 22 août modifiant les conditions d’intervention dans les CRA (voir Politis n° 1018). Le 29 septembre, 34 d’entre elles, réunies par Acat-France, Amnesty International France, l’Anafe, le Comede et la Ligue des droits de l’homme, ont publié une déclaration pour alerter « sur les dangers de la réforme ministérielle relative aux interventions de la société civile dans les centres de rétention administrative » . Elles redoutent « que la mission telle qu’exercée jusqu’à ce jour par la Cimade auprès des étrangers retenus dans les CRA […] ne soit remise en cause » . Selon elles, la réforme « dénature la mission » car « l’assistance à l’exercice effectif des droits » est réduite à une seule « mission d’information » . Elles fustigent « l’émiettement de la mission » , qui contrarie « toute analyse d’ensemble ». Elles déplorent que « l’ouverture de cette mission par voie d’appel d’offres de marchés publics à des opérateurs autres que les associations spécialisées menace l’exercice des droits » des retenus. Enfin, elles estiment que « l’exigence de neutralité, de discrétion et de confidentialité » , que contient l’appel d’offres, « revient à entraver toute parole publique de témoignage
et d’alerte »

En résumé, elles voient dans ce geste du ministre de l’Immigration, Brice Hortefeux, le prolongement d’une politique du chiffre en matière d’éloignement des migrants et « une volonté d’entraver l’action de la société civile » . Elles demandent donc au gouvernement de renoncer à la réforme et d’engager une concertation avec elles. Reçue les 22 et 24 septembre par Brice Hortefeux, la Cimade prévient que le ministre de la mission. En revanche, il a confirmé que les organisations pourraient répondre à l’appel d’offres groupées pour un même lot, à condition qu’il n’y ait qu’une personne morale par centre. Il a également déclaré qu’il ne remettait pas en cause la liberté d’expression. Mais aurait-il pu prétendre le contraire ?

Société
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Pauvreté : « Tous les indicateurs sont mauvais »
Précarité 12 juillet 2024

Pauvreté : « Tous les indicateurs sont mauvais »

La précarité progresse en France, comme en témoignent les dernières données publiées par l’Insee. Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre, tire la sonnette d’alarme.
Par Maxime Sirvins
« Désormais tout commence »
Enquête 10 juillet 2024

« Désormais tout commence »

Une mobilisation historique de la société civile a permis au Nouveau Front populaire de déjouer les pronostics le 7 juillet. Malgré cette première victoire, tous et toutes appellent à la vigilance et à la construction d’un vrai mouvement de fond pour contrer l’extrême droite.
Par Pierre Jequier-Zalc
À Villers-Cotterêts, un électorat RN (très) décomplexé
Reportage 10 juillet 2024

À Villers-Cotterêts, un électorat RN (très) décomplexé

Dirigée par le parti d’extrême droite depuis dix ans, la commune des Hauts-de-France a voté à 47 % pour Jordan Bardella aux élections européennes. Jocelyn Dessigny, lui aussi du RN, élu député au premier tour, a recueilli 53 % des voix des électeurs de la 5e circonscription de l’Aisne. Nous sommes allés à leur rencontre.
Par Tristan Dereuddre
À Châteaubriant, le passé, outil de lutte pour le présent
Reportage 10 juillet 2024

À Châteaubriant, le passé, outil de lutte pour le présent

Le 3 juillet, une marche rurale, sociale et syndicale, organisée par le collectif Réveillons la résistance, a eu lieu dans cette ville marquée par l’histoire. Une première mobilisation pour tisser des solidarités entre campagnes et quartiers populaires, et rappeler les dangers de l’extrême droite.
Par Vanina Delmas