Une mosquée… mais pas de syndicat

Dans « Dernier Maquis », situé dans une usine de la grande banlieue parisienne, Rabah Ameur-Zaïmeche filme les rapports de forces au sein du monde du travail, croisant l’opposition de classes et la religion.

L'un des films français les plus forts de cette année, Dernier Maquis, a été tourné avec un tout petit budget, sans chaîne de télévision, sans même l’avance sur recettes 1. Sur le papier, ce sont des conditions financières que la plupart des producteurs jugeraient impossibles, et qui les empêcheraient de s’engager dans une telle aventure. Pourtant, le film non seulement existe, mais, à l’écran, ne fait pas cheap , bien au contraire. C’est que son réalisateur, Rabah Ameur-Zaïmeche, en est aussi le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.