Cultiver son réseau

Les 1 500 associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (Amap), disséminées dans toutes les régions de France, sont actuellement en discussion pour construire une structure nationale.

Manon Loubet  • 6 novembre 2008 abonné·es

« Nous sommes tous dans le même bateau, explique Shah-Dia Rayan, animatrice du réseau des associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (Amap) en Île-de-France. C’est logique et naturel que nous nous regroupions. » Les Amap, implantées dans les différentes régions de France (près de 1 500 depuis 2001), éprouvent aujourd’hui le besoin de se réunir pour former une voix unique. Ces associations reposent sur un accord passé entre des consommateurs et un agriculteur. Les premiers s’engagent à

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 5 minutes