La coupe est pleine

Irena Salina dénonce les multinationales qui s’emparent de l’eau au mépris des populations.

Sombre tableau : dans la Seine, les poissons ont changé de sexe. En Inde, l’eau contaminée des puits et rivières coûte la vie de milliers de personnes par an. Le Gange se meurt d’empoisonnement. Les cours sont interrompus par des barrages édifiés par Suez, qui revend ses services aux habitants à un prix dix fois plus élevé qu’auparavant. En Bolivie, la privatisation de l’eau, imposée par la Banque mondiale, exclut nombre de foyers de l’Alto. Aux États-Unis, Nestlé pompe 1 700 litres de flotte par minute…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.