Massacres pour l’or gris

Les conflits de la province du Kivu ne sont ni politiques ni idéologiques. Mais tout à fait mercantiles, dans une région riche en minerais et en bois précieux.

La rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) menée dans l’est du Congo dit démocratique par le « général » Laurent Nkunda, n’a pas plus de fondements politiques ou idéologiques que toutes les luttes fratricides qui dévastent le Nord et le Sud-Kivu depuis que la région a été submergée en 1994 par les réfugiés Hutus craignant les vengeances après le massacre des Tutsis. Avec l’équipement militaire fourni par l’Occident et les trafiquants d’armes russes et biélorusses, il s’agit…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.