Vers un sacre Royal ?

Arrivée en tête du vote sur les motions, Ségolène Royal a toutes les chances d’être sacrée à Reims.

Michel Soudais  • 13 novembre 2008 abonné·es

Selon toute vraisemblance, Ségolène Royal devrait briguer la succession de François Hollande. L’annonce de cette candidature n’était pas encore officielle, mardi, à l’heure de notre bouclage, mais la rumeur qui courait depuis la veille était déjà confirmée, sous couvert d’anonymat, par des proches de l’ex-candidate à la présidentielle. La présidente de la région Poitou-Charentes confirme ainsi qu’elle entend bien profiter de l’avantage que lui ont donné les adhérents du PS lors du vote sur les motions, le 6 novembre. Le texte qu’elle soutenait était arrivé en tête, recueillant 29,5 % des suffrages, devant les orientations défendues par Bertrand Delanoë (25,35 %), Martine Aubry (24,68 %) ou Benoît Hamon (18,94 %).
Ce morcellement en quatre quarts constituait le pire des scénarios. Celui que tous les responsables socialistes disaient vouloir éviter. Celui qu’ils redoutaient par-dessus tout. Pour la première fois depuis le congrès de Rennes, aucune motion n’atteint la majorité absolue. Les ultimes appels de François Hollande et de Bertrand Delanoë aux militants pour qu’ils placent une motion nettement en tête n’ont pas été suivis. Sur ce point aussi, le maire de Paris, qui faisait figure de favori, et le Premier secrétaire du PS, qui s’était rangé derrière lui, ont été mis en échec. Ce sont les grands perdants d’un scrutin où les adhérents du PS ont manifesté leur volonté de changement.

Mais quel changement ? Celui réclamé dans la motion dont Mme Royal était la 17e signataire n’est pas de même nature que celui souhaité par Benoît Hamon. En l’absence de réponse claire, il revient à la motion arrivée en tête de faire des propositions susceptibles de rassembler une majorité des délégués au congrès de Reims. Contrairement à ce que nous avions écrit la semaine dernière, ce rassemblement autour de la motion arrivée en tête n’est pas une obligation statutaire. Il relève de la tradition. Rien n’interdit d’imaginer une alliance d’empêchement, un « tout sauf Royal » (TSR), de se constituer.
Certains responsables de la motion C en ont caressé l’espoir. Lundi encore, Razzy Hammadi avait appelé Bertrand Delanoë et Martine Aubry à « un rassemblement » autour de Benoît Hamon incluant trois principes : « le renouvellement » , « l’ancrage à gauche » et « le refus d’un accord de gouvernement avec le MoDem » . Au passage, l’ancien président du MJS oubliait déjà de mentionner la question de la réorientation de l’Union européenne, qui, trois jours auparavant, était encore à ses yeux de la plus haute importance, montrant ainsi par cet « oubli » qu’un tel rassemblement ne pourrait s’envisager sans concessions ni reniements.

À supposer qu’une coalition TSR soit possible, comment justifier la mise à l’écart de près d’un tiers des militants ? Comment la motiver après avoir réclamé des semaines durant « le respect du vote des militants » ? Et comment vivre au quotidien avec un bureau national et un conseil national dont, du fait du résultat du vote du 6 novembre, près de 40 % des membres seront issus de la motion de Mme Royal ? Statutairement autorisée, une alliance des motions minoritaires est politiquement problématique.
Pour toutes ces raisons, Ségolène Royal a toutes les chances de l’emporter au final. L’avance relativement faible de sa motion rend simplement le rassemblement ardu. Lundi, à l’issue d’une réunion des représentants de sa motion venus de toutes les fédérations, au cours de laquelle elle est apparue déterminée à diriger elle-même le parti, l’ex-candidate à l’Élysée a fait savoir qu’elle ferait connaître mercredi ses « propositions pour la gouvernance (sic) du PS » . Selon des indiscrétions, elle envisageait un Premier secrétaire (ou président) chapeautant une direction composée d’un premier secrétaire délégué et d’une « équipe rajeunie ».
Un « document de travail » en circulation mardi se gardait bien d’évoquer la question de l’alliance avec le MoDem, question conflictuelle s’il en est, et se contentait d’affirmer que « la stratégie des socialistes a toujours consisté d’abord à rassembler la gauche, toute la gauche, autour d’un contrat de gouvernement » . Cela suffira-t-il à rassurer des responsables et des militants qui se souviennent que la candidate avait proposé, dans l’entre-deux tours, à François Bayrou de devenir son Premier ministre ?

Politique
Temps de lecture : 4 minutes

Pour aller plus loin…

Manon Aubry : « Jordan Bardella est le larbin des grands patrons »
Entretien 28 mai 2024 abonné·es

Manon Aubry : « Jordan Bardella est le larbin des grands patrons »

La tête de liste de La France insoumise tente de marquer sa différence avec les autres forces de gauche. Tout en défendant la pertinence de ses propositions économiques et sociales en « rupture » avec les socialistes européens, les libéraux et la droite.
Par Lucas Sarafian
Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 

Le maire communiste de Montreuil alerte sur la possibilité de l’arrivée du Rassemblement national au pouvoir, ce qui créerait, selon lui, un « nouveau système politique » auquel « les maires seront les premiers confrontés ». L’édile de Seine-Saint-Denis en appelle à toutes les gauches en vue de la prochaine élection présidentielle pour sortir de la minorité.
Par Lucas Sarafian
Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »

La directrice de l’Observatoire géopolitique de l’Indo-Pacifique à l’Institut de relations internationales et stratégiques, Marianne Péron-Doise, revient sur les enjeux régionaux de la crise calédonienne.
Par Patrick Piro
« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »
Nouvelle-Calédonie 21 mai 2024 abonné·es

« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »

Le gouvernement porte la responsabilité des violences en Nouvelle-Calédonie, accuse Dominique Fochi, secrétaire générale de l’Union calédonienne, principal parti indépendantiste du pays.
Par Patrick Piro