Formation ou formatage ?

Soumise à des impératifs d’abord pédagogiques, la littérature de jeunesse est un secteur en proie à des contraintes économiques, éditoriales et idéologiques qui restreignent la création.

Les restrictions ne datent pas d’hier. La loi de 1949 sur les publications pour la jeunesse interdit celles qui présenteraient « sous un jour favorable le banditisme, le mensonge, le vol, la paresse, la lâcheté, la haine, la débauche, ou les actes qualifiés crimes ou délits de nature à démoraliser l’enfance et la jeunesse » . Le journal de bande dessinée Tarzan en a fait les frais en 1952. Et, dans les années 1930, la Guerre des boutons de Louis Pergaud s’était vu refuser l’entrée des bibliothèques à cause…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents