« La situation des auteurs est sinistrée »

Conçu pour assurer des revenus aux auteurs et protéger leurs œuvres, le droit d’auteur, de plus en plus détourné par les industries à leur bénéfice, est désormais combattu par l’Europe dans une logique libérale, explique l’avocate Agnès Tricoire 1.


  1. Avocate à la cour, spécialiste en propriété intellectuelle. 

Pourquoi êtes-vous opposée à la gratuité ? Agnès Tricoire : Du point de vue des auteurs, que je défends, la gratuité est rarement librement consentie. Le droit d’auteur est un acquis de la Révolution française contre ceux qui prétendaient utiliser leurs œuvres gratuitement ou contre une rémunération fixe. Les écrivains et les auteurs de théâtre ont obtenu d’être associés au bénéfice. Mais si on limite le droit d’auteur à l’argent, on passe à côté de ce qu’il est d’abord : un droit d’autorisation. L’auteur…

Il reste 91% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents