Le roman d’un gangster

Simon Sebag Montefiore relate la jeunesse du futur Staline, Caucasien peu recommandable, aventurier avant d’être révolutionnaire.

Comme s’il avait quelque chose à se faire pardonner, Simon Sebag Montefiore parsème son récit sur la jeunesse de Staline d’appréciations peu flatteuses : « gangster », « terroriste », « jeune homme sans scrupule », « insensible ». Faut-il se justifier de construire un livre passionnant sur un personnage sulfureux ? Car il est vrai que ce fils de cordonnier est un sujet de roman : tour à tour enfant de chœur, séminariste, chasseur et météorologue, écrivant et publiant des poèmes avant d’être connu comme…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.