Les européennes font débat

Jean-Baptiste Quiot  • 11 décembre 2008 abonné·es

La question des élections européennes divise les militants du Nouveau Parti anticapitaliste. La réunion du Comité d’animation nationale (CAN) du week-end dernier n’a pas tranché sur la stratégie à suivre. Deux résolutions concurrentes ont été retenues et seront soumises au vote des militants lors du congrès de fondation du parti, qui aura lieu du 30 janvier au 1er février prochain. La première conditionne toute alliance au partage d’un programme clairement anticapitaliste. La deuxième privilégie l’unité à la gauche du PS aux exigences programmatiques.

Ce clivage remet en cause le consensus que semblait exprimer Olivier Besancenot sur la question, lors de la coordination nationale des comités des 8 et 9 novembre. Face à la presse, le porte-parole de la LCR avait été clair : pas d’alliance avec ceux qui ne sont pas « clairement indépendants » par rapport à la social-démocratie. La stratégie d’un front de gauche rassemblant l’arc des partisans du « non » au projet de constitution européenne de 2005 n’était plus d’actualité pour le postier. Mais ces déclarations en ont surpris plus d’un chez les nouveaux militants du NPA.
« Nous avons été plusieurs au CAN à exprimer notre mécontentement parce qu’Olivier s’est un peu emballé. Il a pris position sur cette question alors que nous n’en avions pas discuté au préalable. Il faut impérativement que nous discutions ensemble » , affirme Leila Chaibi, une des nouvelles têtes du NPA mises en avant aux côtés du jeune facteur, en juin dernier, lors d’une conférence de presse. Le CAN est l’organe qui dirige le processus de création du NPA jusqu’au congrès fondateur. Sur la centaine de membres qui le composent, on dénombre 70 % de nouveaux militants NPA et 30 % de militants LCR. « Le bureau politique de la LCR fait entièrement parti du CAN, explique Leila. Or, ce bureau se réunit encore de manière indépendante, et beaucoup de débats y sont déjà discutés sans passer par le NPA. » La militante de 26 ans met davantage en cause « les réflexes de la LCR plutôt qu’une véritable volonté de manipulation de sa part ». Mais, sur la stratégie des élections européennes, elle s’inquiète : *« Avec le contexte social actuel, ce serait dommage s’il y avait un trop grand nombre de listes. »
*

Politique
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Manon Aubry : « Jordan Bardella est le larbin des grands patrons »
Entretien 28 mai 2024 abonné·es

Manon Aubry : « Jordan Bardella est le larbin des grands patrons »

La tête de liste de La France insoumise tente de marquer sa différence avec les autres forces de gauche. Tout en défendant la pertinence de ses propositions économiques et sociales en « rupture » avec les socialistes européens, les libéraux et la droite.
Par Lucas Sarafian
Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 

Le maire communiste de Montreuil alerte sur la possibilité de l’arrivée du Rassemblement national au pouvoir, ce qui créerait, selon lui, un « nouveau système politique » auquel « les maires seront les premiers confrontés ». L’édile de Seine-Saint-Denis en appelle à toutes les gauches en vue de la prochaine élection présidentielle pour sortir de la minorité.
Par Lucas Sarafian
Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »

La directrice de l’Observatoire géopolitique de l’Indo-Pacifique à l’Institut de relations internationales et stratégiques, Marianne Péron-Doise, revient sur les enjeux régionaux de la crise calédonienne.
Par Patrick Piro
« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »
Nouvelle-Calédonie 21 mai 2024 abonné·es

« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »

Le gouvernement porte la responsabilité des violences en Nouvelle-Calédonie, accuse Dominique Fochi, secrétaire générale de l’Union calédonienne, principal parti indépendantiste du pays.
Par Patrick Piro