L’Ifen à la trappe

Là, c’est de la perte lourde : l’Institut français de l’environnement (Ifen) avait déjà connu une première alerte inquiétante en 2004, quand il avait perdu son indépendance, absorbé comme un simple service du ministère de l’Écologie. Même « puni », l’Ifen avait persévéré dans sa mission la plus utile et la plus gênante : l’évaluation des politiques environnementales, qui avait notamment permis à Bruxelles de remonter les bretelles du gouvernement. C’est fini : un décret vient de dissoudre l’Ifen, fondu…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.