Santé : Question d’éthique

Un fraisier pâtissier en collation plutôt qu’un gâteau sec , une miniterrine plutôt qu’un sandwich sous plastique, y’a pas à hésiter : autant attendre l’opération « collectes gastronomes » pour donner son sang. L’établissement français du sang (EPM) se démène pour enrayer la pénurie de plaquettes. Il y a trois ans, il a eu la riche idée de s’associer avec de grandes toques. « Il s’agit tout d’abord de remercier les 250 000 donneurs de notre région pour leur générosité, mais aussi d’inciter le public à se…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents